samedi 19 septembre 2015

Une histoire des garçons et des filles Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Régis Revenin

Dans un billet précédent (L’impossible conciliation ou la vie héroïque du Dr Claude-François Michéa, Jean-Claude Féray), j'évoquais ma perception de l’histoire de l'homosexualité. Je vais la rappeler car ce que j'en disais s'applique aussi bien à l'ouvrage dont je parle aujourd’hui.

Lorsque j'ai commencé à m'intéresser à l'histoire de l'homosexualité (c'était il y a quelques dizaines d'années), la littérature disponible sur le sujet n'était pas aussi abondante qu'aujourd'hui. On avait le sentiment que cette histoire était rythmée par une césure profonde : il y avait un avant et un après 1968 et Stonewall. C'est à cette date que, tout d'un coup, les homosexuels étaient passés de l'ombre à la lumière. D'un peuple sans histoire, ils étaient soudainement entrés dans l'histoire. Une première raison était sûrement que ces événements étaient encore proches. Je n'exclus pas que cette perception soit aussi directement liée à ma propre histoire personnelle.

Aujourd'hui, parce que le sujet a été beaucoup exploré, cette histoire me semble plus envisagée comme un continuum. Elle est appréhendée comme toute histoire, avec des phases, des changements de direction, dont Stonewall et 68 serait un jalon, comme il y avait eu d'autres jalons dans le passé. C'est cette vision d'une histoire en continuité, plutôt qu'en rupture, qui permet de mettre en valeur des personnalités, des témoignages qui donnent une autre vision de cette histoire.


Le mythe, bien installé dans 1'histoire militante, veut que les Trente Glorieuses aient été prises en tenailles entre deux «âges d'or»: un entre-deux-guerres particulièrement favorable a 1'expression de 1'homosexualite et la «libération sexuelle» des années 1970. Or, cette période, souvent présentée comme particulièrement conservatrice, est plus subtile et complexe qu'il n'y parait: c'est aussi celle de l’émergence d'un mouvement homosexuel et de 1'apparition d'un nombre significatif de periodiques spécifiquement destines aux gays, dans un contexte de pénalisation des pratiques homosexuelles.(p. 167)

L'ouvrage de Régis Revenin apporte sa contribution à cette révision en cours, par la force de son témoignage. Plus qu'une étude théorique à proprement parler, c'est par l’exploitation d'un riche matériau qu’il nous donne à voir la sexualité des adolescents durant les « Trentes glorieuses ».
Disposant de 13 000 dossiers (il a exploité plus directement 2 500 dossiers) d’un centre de l’éducation judiciaire (Centre d'observation public de l’Éducation surveillée de Paris, à Savigny-sur-Orge), il a exploité les très nombreux témoignages, écrits, questionnaires des jeunes garçons passés par ce centre. Ces paroles retranscrites, complétées des commentaires et faits ajoutés à leurs dossiers par les éducateurs, donnent comme une vue de l'intérieur, avec des mots qui sont souvent simples et directs, de la sexualité de ces jeunes.

Au-delà de la sexualité, il aborde aussi la construction de la masculinité, les rapports entre garçons et, bien entendu, l'homosexualité. C'est plutôt sur ce dernier point que j'aimerais mettre en valeur l'apport de l’ouvrage. Avant cela, deux remarques. Par la source dont il disposait, il ne s’agit que de garçons. On n'a donc aucun point de vue de jeunes filles, ni sur leur vie sexuelle, ni sur leur perception en miroir de celle qu'en donnent les garçons. Ensuite, ce sont essentiellement des garçons des classes populaires de Paris et sa région. Pour ce qui m’intéresse ici, le fait d’appartenir aux classes populaires apporte un éclairage intéressant car l’histoire de l'homosexualité a surtout été écrite par des représentants des classes supérieures.

 Raymond Voinquel, L'ouvrier, 1946
Cette étude met une fois de plus en lumière que la séparation nette, voire la catégorisation hétérosexualité/homosexualité, qui induit des comportements distincts, étaient beaucoup moins prégnante, avec une certaine fluidité, selon les situations ou les occasions, entre les amours homos et hétéros. Pour ceux qui ont lu les livres de Daniel Guérin (je pense plus particulièrement à Un jeune homme excentrique. Un essai d'autobiographie.), c’est une idée déjà bien connue. Ce sur quoi je me suis arrêté, ce sont ces affirmations par de jeunes homosexuels de leur homosexualité. J'en ai retenu certaines, surtout extraites du chapitre : Amitiés et amours entre garçons. Ces mêmes affirmations paraissaient admises et validées par l'institution, par le seul fait qu'elle les transcrit dans les dossiers. Cela remet en question une vision, parfois misérabiliste, d'une difficile affirmation de sa spécificité avant la « libération ».

C'est Florimond, 17 ans en 1949, qui confirme : "Je faisais ça pour le plaisir. J'éprouve du plaisir à coucher avec un homme,. J'aime qu'un homme m'embrasse sur la bouche", après avoir affirmé : "la pédérastie est normale", les homosexuels "ne portant pas préjudice à société."

C'est Victor, 16 ans, en 1961 : "Je ne cache rien de mes tendances pédérastiques [...]. Je ne pense pas changer de mœurs [...]. Les femmes me laissent complètement froid."

C'est Pierre-Yves, qui en 1964 : "Nous, les pédés, nous sommes des êtres normaux et puis on nous changera jamais. [...] Je suis un pédé, je le sais, mais je suis bien comme je suis. D'ailleurs, je ne suis pas le seul dans ce groupe, hein ?"






J'ai focalisé mon compte-rendu de lecture sur ce point, car c'est celui qui m’a personnellement le plus intéressé. L’ouvrage est beaucoup plus riche que cela. Dans ce même chapitre, il y a une vision intéressante du Paris homosexuel de l'époque, tel qu'il était perçu et vécu par ces jeunes homosexuels. De même, il rapporte la vision de l'amour, de la construction d'une relation, où l'on voit que tout cela reste une affaire de sexe et de sentiments, comme cela l'a toujours été. Visiblement, pour celui qui voulait vivre cette vie, les rencontres semblaient assez aisées à Paris. Parmi les autres chapitres, celui sur la construction de la masculinité On ne naît pas viril, on le devient, est particulièrement intéressant. Il concerne tous les garçons, mais on peut aussi le lire avec, en arrière plan, la construction en regard des jeunes homosexuels, sur leur propre virilité, à une époque où l'équivalence : homosexuel=efféminé était beaucoup plus prégnante dans le regard de la société et des homosexuels eux-mêmes.
En lisant ce livre et ces témoignages de jeunes nées parfois avant guerre, j'avais encore en mémoire la très récente lecture du dernier livre de Dominique Fernandez. Issu d’un milieu totalement opposé à celui de ces jeunes, il a souvent raconté le fil de sa vie homosexuelle, en la construisant sur une opposition très forte entre les deux périodes avant et après le mouvement de libération homosexuelle. Il l'avait introduit dans le Rapt de Ganymède mais l'a repris tel quel dans son dernier ouvrage, comme si à 20 ans de différence, il n'était pas possible d'envisager l'histoire autrement. Pourtant l'ouvrage de Régis Revenin montre, de façon vivante, je dirais même en lien direct avec l'expérience vécue de ces jeunes homosexuels des années 1950, qu'il était possible d'être homosexuels dans ces années-là et de l'être et de le vivre de façon assumée.
En définitive, pour revenir à Dominique Fernandez, je me demande s'il n'y a pas confusion ou amalgame entre sa propre histoire personnelle et l’histoire globale du mouvement homosexuel, dont il s'est fait un peu l’historien vulgarisateur. Un ouvrage comme celui de Régis Revenin (je pense aussi à Georges Hérelle que j’ai eu l’occasion de chroniquer ici), amène un regard neuf, décalé et, surtout, nourri de l’expérience vivantes de nombreux destins individuels. C’est aussi ce qui en fait le prix.





Nota : hormis la couverture, l'ouvrage ne contient aucune illustration. J'ai choisi des images qui, me semble-t-il, illustrent bien ce message.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

La lecture de la très belle revue Arcadie publiée dès 1954 montre aussi que des homosexuels adultes et cultivés s'acceptaient parfaitement alors.
Il est très étonnant de lire encore que l'homosexualité était pénalisée avant le passage de l'ombre à la lumière de 1981. Il est incontestable que plusieurs textes étaient discriminants (majorité sexuelle différente, peine plus élevée pour attentats à la pudeur homosexuels), mais en elle même l'homosexualité n'était pas pénalement poursuivable. On relira Tricks de Renaud Camus qui date de 1979 dans sa première édition et qui nous décrit, dans une prose admirable (on a le droit de ne pas suivre les idées actuelles de l'écrivain, on ne peut nier qu'il s'agit d'un immense prosateur) ses ébats pas spécialement entravés par la police.
Enfin, le grand bibliophile que vous êtes peut-il m'éclairer sur un point précis. On lit que le premier livre d'Eric Jourdan fut censuré. Dans la pratique qu'est-ce cela a signifié car je possède (fleuron de ma bibliothèque !) l'édition originale de 1955 (certes quelques blancs remplassent des mots parfaitement devinables) ? Il a bel et bien était mis dans le commerce, je l'ai trouvé par le plus grand des hasards dans un "troc de l'île".
Avec mes remerciements.

Franck Chamonix

Bibliothèque Gay a dit…

J'ai les 10 premières années de la revue Arcadie. Il faudra que j'en parle sur ce site. L'intérêt de l'ouvrage de R. Revenin est de donner la parole à des homosexuels des classes populaires.
Sur l'ouvrage d'Eric Jourdan, que je n'ai pas, on parle plutôt d'interdiction que de censure. Il a été interdit à l'exposition et à la vente aux mineurs. Cela peut équivaloir à une censure, mais n'en ait pas une. Sur ce livre, voir l'introduction à l'édition du livre aux éditions "La Musardine", en 2001.
J'espère moi aussi trouver cette édition originale.

Anonyme a dit…

Sur mon exemplaire est simplement imprimé au dos en petits caractères mais en rouge "il est recommandé à MM. les libraires de ne pas vendre cet ouvrage aux jeunes gens de moins de 18 ans"
Bien 18 ans alors qu'on était mineur jusqu'à ses 21 ans alors.
Et il est cocasse de lire cet avertissement quand on sait que l'auteur avait 17 ans au moment de l'édition et qu'il n'avait, manifestement, pas de problème avec son homosexualité.
Franck Chamonix

Anonyme a dit…

Vu Un exemplaire à 50 euros à la librairie Le galet

Olivier Kilkenny a dit…

Ouvrage lu dès sa sortie, et apprécié. Je suis heureux que vous en parliez ici, car l'ouvrage me semble présenter exactement les qualités que vous y avez trouvées. Régis Révenin a bien "progressé" depuis l'édition de son ouvrage précédent (fruit de sa maîtrise d'histoire) ; on ne peut qu'espérer tenir en lui un historien au travail fécond.

Son corpus documentaire est particulièrement intéressant car, au sens propre, très parlant. A la rigueur, on peut déplorer que ce fonds soit si riche et dense qu'il est difficilement exploitable in extenso, mais je fais confiance à l'auteur pour en avoir tiré le plus significatif d'un point de vue statistique. Au-delà, et sans qu'il trahisse l'éthique de l'historien, Régis Révenin a peut-être matière à quelques monographie qui pourraient être particulièrement éclairante sur l'éthos homosexuel dans la seconde moitié du XXe siècle. En tout cas, j'ai senti à la lecture des pages de conclusions à quel point son travail et ses lectures avaient pu l'émouvoir, sans qu'il y abandonne son professionnalisme.

Au passage, merci pour ce blog, dont je viens de prendre connaissance tout au long de la journée. J'y reviendrai !

Bibliothèque Gay a dit…

Merci pour votre commentaire.
Je partage votre point de vue sur la maturité de l'historien Régis Revenin entre cet ouvrage, en même temps très rigoureux et très personnel, et le précédent, qui sentait parfois son travail scolaire, sans rien enlever à son mérite sur le fond.
Dans tous les cas, il y a de belles pistes encore à explorer sur l'histoire de l'homosexualité, en particulier comment elle a été vécue par les homosexuels eux-mêmes et non comment elle a été construite par les regards externes (médecins, policiers, politiques, experts, écrivains, etc.)
Au plaisir de vous lire.
Jean-Marc