dimanche 26 juillet 2015

Lettre à Leonor Fini, Jean Genet, 1950

Pendant quelques années, il y a eu une relation spéciale entre Jean Genet et Leonor Fini. En 1947, ils collaborent. Elle illustre son poème Galère de 6 dessins. J'ai décrit un exemplaire de cet ouvrage sur ce site (La Galère, de Jean Genet, 1947). En 1950, chez le même libraire qui les avait publiés en 1947, Jacques Loyau, paraît une Lettre à Leonor Fini, un texte d'analyse de son œuvre par Jean Genet, illustré de 8 reproductions de tableaux de Leonor Fini. La première reproduction est un portrait de Jean Genet : 


Dans ce texte foisonnant, le premier qu'il consacre à un artiste, on sent bien que Jean Genet parle autant de l’œuvre de Leonor Fini que de la sienne propre. Avant d'extraire quelques passages qui m'ont semblé éclairer son propos, je note que cette réflexion est toute cérébrale. Je veux dire par là que l'on n'y sent pas le souffle d'une émotion esthétique devant les tableaux de Leonor Fini. C'est peut-être aussi la limite de ce texte, plus baroque et lyrique que chaleureux et inspiré.

Vous êtes la noce de la plante et de la bête.

Mais ce qui domine surtout - la parfum majeur que j'ai reconnu - c'est celui de la mort. Le choix des couleurs, l'inquiétude des scènes, la rencontre d'un coquillage avec un miroir, le plis des tentures, vos masques, tout, dans votre travail, témoigne d'un intime théâtre macabre.

L'époque que vous vivez, c'est la Renaissance, je veux dire que vous illustrez un thème qui, historiquement se nomme Renaissance Italienne. Le faste de cette époque est celui même de votre œuvre, voluptueuse et saupoudrée d'arsenic. Vos dames allongées dans l'alcôve, leurs garçons élégants sont emprisonnés, sont atteints d'une peste venue de la plus haute antiquité.

Ainsi, au dernier terme de votre travail, vous vous préoccupez du monde reprouvé où le silence a la puissance d'une nécessité esthétique. Peut-être est-ce lui qui vous permettra de rejoindre le malheur plus terrestre, plus "humain", plus charnel. Si, jusqu'à ces jours derniers vous avez, à la plus fine des cires donné une vie solennelle, peut-être allez-vous accorder le malheur et la vie à la plus infâme tourbe.

Sans doute trouverez-vous que j'ai vivement élu ce qui m'est proprement familier, et que c'est d'abord mon travers que j'exalte. Mais me passionnerais-je autant pour une œuvre si je n'avais découvert en elle et dès sa formation non ce vers quoi je m'achemine - et qui n'appartiendra qu'à moi - mais ces mêmes éléments désespérés épars à travers des fastes mortuaires ?

Cet exemplaire s'enrichit, au verso de la couverture, d'un envoi de Jean Genet. On ne sait pas quel est le destinataire. La lecture du texte en est incertaine : "J'exprime un art, puisse un jour en illustrer un autre, Jean Genet, H-51"


Pour illustrer le propos de Jean Genet, la plaquette contient la reproduction en noir et blanc de 8 tableaux de Leonor Fini. Le premier est le portrait de Jean Genet  qui introduit ce message. Les 7 autres sont :

Sphinx philagria

Espagne

La fille au corsage velu

Sphinx ermite

Bagnard

La fille du maçon

Antonio

Description de l'ouvrage
 

Jean Genet
Lettre à Leonor Fini
Paris, Loyau, 1950, in-8° (218 x 146 mm), [32] pp., 8 planches photographiques en noir et blanc.


L'ouvrage se compose de :
- Faux titre (p. [1])
- Titre (p. [3])
- Texte, signé en fin "Jean Genet" (pp. [5-13])
- 8 planches photographiques en noir et blanc, reproduisant des tableaux de Leonor Fini, sur la page de droite, avec le titre en regard sur la page de gauche (pp. [ 14-29]. Ce sont les planches reproduites ci-dessus.
- Achevé d'imprimer et justification (p. [31]) :

Cet exemplaire est le n° 89. Toutes les autres mentions que j'ai trouvées signalent 800 exemplaires, toujours avec une justification manuscrite. Seul celui-ci apparaît avec le chiffre de 1000. S'agit-il d'une erreur ?

Dans les bibliothèques publiques en France, il n'y a que 6 exemplaires (source CCFr) :
BNF : 8-V PIECE-31512 et RES 8-Z PAB BIBL-417 (don Pierre-André Benoît)
LYON- BM, fonds Chomarat : B 1686 (n° 718, ayant appartenu à Michael Josselson)
PARIS - BIB.LITTERAIRE J.DOUCET : 57040 (ex. n° 241, don Bronia Clair)
PARIS - Centre Georges Pompidou
STRASBOURG-BU Arts : T FINI 1

Ce texte a été repris dans :
Fragments... et autres textes, Gallimard, 1990, avec une préface d'Edmund White.
Les autres textes sont :
'adame Miroir (1948)
Jean Cocteau (1950)
Fragments...(1954)
Lettre à Jean-Jacques Pauvert (1954)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Sur Vialibri: x exemplaires en vente dont 1 numéroté sur 1000.
Sur Worldcat : 1 ex à Milan et 1 ex à Oxford.
Cordialement.
Xavier.