dimanche 29 janvier 2012

Billy. Idylles d'amour grec en Angleterre, de Jean d'Essac, 1938

A côté des grands noms de la littérature homosexuelle de l'entre-deux-guerres, comme Jean Cocteau ou André Gide, qui ont mis leur renommée au service de la cause homosexuelle, il existe une autre littérature, plus confidentielle, plus populaire, qui apporte aussi sa pierre à l'édifice. C'est ainsi que Jean d'Essac publie en 1937 un petit récit illustré de son histoire d'amour avec Billy, un soldat de la Garde Royale anglaise. Le récit est sans prétention, le style est simple avec quelques afféteries, les illustrations sont un peu naïves. C'est cependant un texte qui a aussi quelque chose à nous dire sur ce pouvait être l'amour entre deux hommes en cette première moitié du XXe siècle. C'est surtout un récit décomplexé, sans volonté de faire œuvre militante, ce qui lui permet probablement d'être en même temps plus personnel et plus direct.


Pour découvrir ce texte, il faut comprendre que la vision de l'amour entre hommes de Jean d'Essac est essentiellement fondée sur l'alliance et l'harmonie entre le sentiment amoureux et le plaisir sensuel. C'est ce qu'il résume dans ce petit quatrain :

Que si la beauté allume le désir,
L'union des sens
N'est pure et durable
Que si l'amitié la commande

Le mot pur se retrouve tout au long du livre associé à l'amour. Il ne s'agit pas d'une pureté entendue dans le sens d'un amour chaste ou platonique, mais d'une pureté de sentiments : le sentiment amoureux doit être entier, sincère et intègre. Au cours du récit, on voit cet amour être mis à l'épreuve du regard des autres et de la tentation de la sensualité sans sentiments (les "orgies" des aristocrates du 3e chapitre). La morale est que cet amour a résisté à tous ces "dangers" pour se concrétiser dans une relation presque fusionnelle. On comprend donc que ce livre qui n'hésite pas à suggérer de façon assez claire le plaisir sexuel (« De sa main amoureuse, il me dirige sur le rebord de ses petites fesses..., effleurant anisi ce nid d'amour, fraîcheur de rose, satin enchanteur. »), se montre très moral dans sa vision de la relation homosexuelle. On verra que, curieusement, le chapitre consacré à leur première nuit d'amour et à la consolidation de leur amour s'appelle Le mariage de Billy.




Entrons maintenant un peu plus dans la découverte de ce texte, organisé en 3 chapitres :

Comment je devins l'ami de Billy (pp. 15-70).

On découvre comment Jean, artiste peintre vivant à Londre, a rencontré puis séduit Billy. Habitué à fréquenter un bar « où les civils se rencontrent et lient facilement connaissance avec les hommes de la Garde Royale », il repère Billy, beau garçon de 20 ans, un peu triste, qu'il approche et séduit peu à peu en le révélant à lui-même.


Il l'approche avec douceur, ne cherchant pas à brusquer la satisfaction de son désir. La scène centrale de ce chapitre est la séduction entre les deux amoureux lors d'un bal à la caserne. Un long poème, assez allusif, met en scène leur première jouissance furtive (il utilise souvent le poème pour décrire les moments les plus intenses de leur relation) :

J'en profite
Pour satisfaire ma folle envie
De presser contre moi,
D'étreindre passionnément
L'enivrant petit soldat.
Je saisis dans mes bras
Le Mignon jeune homme
Si sensible
Tout vibrant
Tout en jouissance amoureuse,

Billy rayonne
Dans un sourire très sensuel,
Billy les yeux presque fermés
S'abandonne à tous mes désirs,
Je réalise voluptueusement
Dans une ivresse troublante
Que j'étreins tout contre moi
Ce beau garçon
Embaumant le printemps
Tout pétillant de désirs.
Maîtrisé par ses sens,
Dans un spasme jouisseur,
Il ne peut plus se contenir.

Confondu dans une même amitié
Le très intime contact de nos ceintures
Nous prouve à l'un comme à l'autre
Notre réciproque sympathie
Et, pour notre plus grande joie,
Toujours grandissante.

Ce mignon charmant
M'offre tout son corps
Dans un abandon total de lui-même.

Je sens toutes ses formes enivrantes
Communiant intimement avec les miennes,
Je ressens toutes ses vibrations troublantes,
Il me semble le boire totalement
Par tous les pores de sa peau.
Ses yeux à demi fermés,
Sans plus aucune contrainte,
Il se laisse aller
Librement et voluptueusement
A sa jouissance amoureuse.



Jean ne cache pas son attirance pour le jeune soldat, avec une certaine fascination pour ce que ses habits cachent et révèlent en même temps :

Le jeune soldat s'était habillé tout à fait coquettement.
Il a un juste-au-corps de toile très blanche, finissant à la ceinture d'un pantalon de drap de satin gris-perle qui lui monte très haut et dont les larges passepoils blancs continuent la note blanche de la petite veste jusqu'à d'élégants souliers vernis. Sur l'épaule droite, une fourragère soyeuse de jolies couleurs, des boutons de métal brillant.
Son uniforme très collant, qui sans doute est en contact immédiat avec sa peau, le laisse voir bien musclé et comprendre comme s'il était nu.
Sa large poitrine respire sainement sous la toile blanche de sa tunique. Sous le draps gris-clair de son pantalon, le laissant en tout très bien voir, j'aperçois ses charmes intimes me paraissant très désirables.


Ce premier chapitre n'échappe pas à la référence classique à la Grèce antique, qu'il retrouve curieusement, dans l'Angleterre contemporaine, où « l'amour grec semble en Angleterre une chose absolument naturelle, avouable, entrée dans les mœurs. » Cette histoire d'amour se construit sur une opposition entre Jean, mature et expérimenté, artiste peintre aisé et bien installé dans la vie et Billy, jeune soldat de 20 ans, timide et peu sûr de lui, vierge aussi bien sexuellement et sentimentalement, comme il le confie à son nouvel ami. Autrement dit, cet amour se construit sur un schéma très grec : initiateur/initié, pour ne pas dire, Eraste/Eromène. On verra que, peu à peu, la force du sentiment créera une sorte d'égalité entre eux, même si elle ne sera jamais totale.



Le mariage de Billy (pp. 71-135)

Ce n'est que deux semaines plus tard que Jean invite Billy dans son petite cottage pour une première nuit d'amour. Comme pour lui donner plus de solennité, le chapitre s'appelle La nuit de noce : « Le bel uniforme si collant du petit Colstream ne m'avait pas menti : sans les cacher, il recouvrait les plus beaux trésors du monde ! »


Après cette nuit d'amour, « Notre ménage devint très vite très régulier, notre amour étant absolument sincère des deux côtés ». Ils s'installent dans une vie de couple, où tous les jours ils se retrouvent pour un rituel sentimental et sexuel, isolés du reste du monde malgré la vie mondaine de Jean. Après une petite fâcherie, un long poème final est un hymne à l'amour partagé (encore de tous les points de vue).


Billy chez les Lords (pp. 136-205) 

Dans ce dernier chapitre, l'amour entre Jean et Billy est mis à l'épreuve de rencontres avec des aristocrates anglais et français qui organisent pour leurs plaisirs des fêtes pleines de jeunes gens, de costumes et de sexe partagé. Tout démarre par la demande de Lord Edmond qui souhaite une portrait d'Ephèbe. Billy sert de modèle à Jean. S'en suit une succession de rencontres et de fêtes où, plutôt que de voir leur amour se diluer dans des rencontres éphémères, il s'en trouve au contraire renforcé. Comme il le dit à Lord Edmond, « Nous sommes un ménage ... terriblement bourgeois, ... et nous partageons un amour très pur ! ». Lors de ces fêtes, même s'ils font l'amour au milieu des autres, ils s'en isolent par la pensée : « Nous étions l'image de l'amour grec voyageant à travers les âges. Sur le divan, c'était le débauche des dernières orgies romaines. ».

Billy vient sur mes genoux, poser ses adorables petites fesses sur le centre de ma vie, ses bras autour de mon cou sa joue contre la mienne, son souffle effleurant mes lèvres.
Je le caressais dans son intimité de la manière qu'il aimait et que je connaissais bien, je comprenais par sa respiration, par l'adorable abandon de son corps, enfin par tout lui-même, combien il se sentait heureux !
Moi-même, j'éprouvais un voluptueux plaisir en lisant dans ses yeux tout son bonheur !
Nous nous rendions compte tous deux que ce qui doublait le plaisir de nos attouchements venait plus du sentiment d'amitié sincère qui les inspirait que du désir d'un amour sensuel.

Le chapitre se termine par un poème qui rappelle en quelques vers la puissance de leur attachement. 



Pour clore le livre, une lettre de Billy, datée de Londres, 16 juin 1937, rappelle qu'ils se sont rencontrés 20 ans plus tôt, le 15 juin 1917 et que malgré leur éloignement, l'amour reste toujours aussi fort.


Le texte est précédé de : 
  • Texte de dédicace  : A madame Jacques Bellanger (pp. 7-8). « La seule audace que j'ai, ayant écrit ce petit livre, à mon avis très osé, c'est de le dédier à une femme. ». Il fait appel à sa « supériorité » pour comprendre cet ouvrage qui est un hommage au « sentiment merveilleux de l'amitié. »
  • Introduction de l'auteur (pp. 9-10). Il présente cet ouvrage comme les souvenirs de son séjour en Angleterre et des 10 ans de sa vie avec Billy et de leurs « amours ensoleillées de bonheur. ». Il s’explique sur les « scènes parfois terriblement sensuelles » qui ne sont que le résultat d'une « amitié sans limites ». Son amour pour Billy était un « amour pur ». Cette introduction est datée de Paris, avril 1937. Au passage, signalons qu'il rend hommage à l'Angleterre, pour « sa joie de vivre simple et rêveuse ».
  • Lettre de Pierre Albert-Birot, datée de Paris, mai 1937 (pp. 11-13). Dans cette lettre chaleureuse, il lui rend hommage pour ne pas avoir décrit ses amours comme des amours interdites ou inavouables. Au contraire, grâce à un « récit écrit avec tant de candeur » et de « fraîcheur », il note qu'il les présente non seulement comme parfaitement avouables, mais encore comme très délicates, presqu'à la manière « classique de l'antiquité ». P. Albert-Birot va même jusqu'à opposer ces amours qui sont « naturelles » à l'auteur aux « vulgaires unions entre mâles et femelles ».

Jean d'Essac

L'auteur qui se cache derrière ce pseudonyme n'a pas été identifié.Sous ce même nom, il est l'auteur de deux autres ouvrages, sur des sujets totalement différents, mais, comme celui-ci, illustrés par l'auteur. On peut penser qu'il est originaire de Riom dans le Puy-de-Dôme et qu'il a fini sa vie à Chamalières.

Au Quattrocento. Comment Avignon devint la propriété des papes. 
Chamalières, chez l'auteur, (1945), in-12, pl. en portefeuille cartonné

Lettres Riomoises. Rêves et souvenirs.
Chamalières, L'auteur, 1944, in-8°, 135 p.

Selon Jacques Desse : « Notre collègue David Deiss nous a aimablement signalé qu'il avait rencontré un exemplaire signé par l'auteur sous son nom (véritable ??) :"Jean CASSE" »

La lettre de Pierre Albert-Birot, écrivain et poète,  montre qu'il était en lien avec les avant-gardes littéraires de son époque (voir : Pierre Albert-Birot).

Description de l'ouvrage

Jean d'Essac
Billy. Idylles d'amour grec en Angleterre.
Paris, Editions Valère, [1938], in-12 (165 x 124 mm), 207 pp., illustrations dans le texte, une illustration pleine page en frontispice.



La couverture porte un titre différent, avec une faute d'orthographe : Billy. Idylles d'amours grecques en Angleterre.

On compte au total 32 illustrations, plus un frontispice, une illustration sur la couverture, au titre et au dos de l'ouvrage. Elles sont toutes de l'auteur. J'en ai sélectionné quelques unes pour illustrer ce message.


Toujours selon Jacques Desse, il existe plusieurs variantes d'édition :
- L'édition originale à 210 exemplaires (200 Montval et 10 Japon), en grand format, copyright Jean d'Essac, 1937, 61 Rue de Javel (on en connaît au moins deux exemplaires : celui d'Albert-Birot et celui de Peyrefitte, qui porte un envoi daté de janvier 38).
- L'édition courante à la même date, mais qui annonce un tirage à 1000 ex. dont 100 sur Rives, même coordonnées sauf l'adresse (29 rue Jacob) ;
- Cette édition, en apparence identique, œuvre du même imprimeur, avec la même justification de tirage, et la même faute sur la couverture ("grecques"). Mais elle est publiée par les éditions Valère, avec copyright Editions Valère, 1938, 28 Rue d'Assas

On peut penser que les deux dernières éditions sont la même, sous une dénomination différente. Cet exemplaire est le n° 136, avec l'adresse "Editions Valère". Je n'ai trouvé aucune information, ni aucun autre ouvrage de cet éditeur.


Il n'existe aucun exemplaire de ce livre dans les bibliothèques publiques en France, en particulier à la Bibliothèque Nationale de France.Malgré les tirages annoncés, il doit être particulièrement rare.

Il a été réédité dans la collection des Cahiers GayKitschCamp, en 1994 :




5 commentaires:

another country a dit…

Quelle coïncidence d'apercevoir aujourd'hui le portrait de ce petit militaire britannique sur votre page ! Je regardais hier soir encore "Maurice", le sublime film de James Ivory, dans lequel un jeune soldat portant le même uniforme rouge et le même béret de liftier précipite la chute à la Oscar Wilde d'un rejeton de la noblesse anglaise promis aux plus hautes destinées. Clin d'oeil.

Bibliothèque Gay a dit…

Si ce roman n'était pas aussi mièvre (je parle de Billy), ce serait un bel hommage à l'amour, nous faisant oublier la triste destinée d'Oscar Wilde.
"Maurice", s'il avait paru plus tôt, aurait pu être ce roman que l'on attendait. Simple et évident.

xavier a dit…

Bonjour,
Aux éditions Valère:
"Morticoles" de Lucien Daudet,1939,
(28 rue d'Assas).
Et "Le diable de la rue" de Pierre MacOrlan,1938,(adresse à confirmer)

tadzio a dit…

Mille merci ! pour ce monsieur Billy Essac ! de nous le faire connaître - le texte (si juteux) et les illustrations : elles, carrément sublimes. "Presser contre moi/L'ennivrant petit soldat" : sorte de poupon en cellulloïd vivant ! En culotte blanche collante et molle - que j'imagine qui, dès la danse, sera très vite tachée... (Plus tard, enfin : "Ses adorables petites fesses sur le centre de ma vie" ! Et la recherche des caresse, une recherche infinie, qui porteront au maximum d'incandescence le cher petit... (Je m'excuse, je me laissse emballer)

Dima a dit…

Encore une nouvelle découverte! Merci!